Le microbiome cutané, un allié pour votre peau !

Le microbiome cutané : un allié pour votre peau

LE MICROBIOME ?

UNE NOUVELLE TENDANCE ?

Si ce terme peut paraitre très scientifique, rassurez-vous le microbiome fait partie de votre quotidien. Sous ce terme sont regroupés de nombreux micro-organismes, comme les bactéries, virus et champignons, qui coexistent pacifiquement avec nous au niveau de la peau, des intestins, des poumons …

 Il faut savoir que le corps humain abrite 10 fois plus de micro-organismes qu’il ne compte de cellules lui-même1. Ces petites cellules indépendantes vont former avec notre système immunitaire un véritable bouclier nous aidant à lutter contre les autres bactéries et virus nuisibles2.

Le microbiome cutané :

le premier rempart face aux agressions externes.

La peau est le premier organe de l’Homme en contact avec l’environnement et donc, par conséquent, susceptible de recevoir les agressions chimiques (pollutions), physiques (rayonnement UV) et biologiques (bactéries pathogènes) du quotidien.

Le microbiome de la peau va former la première barrière protectrice du corps humain face à ces agressions.

Les micro-organismes composant ce microbiome vont avoir des rôles majeurs pour le bon fonctionnement de votre peau :

  • Maintien d’un pH légèrement acide, hostile aux pathogènes 3
  • Contrôle du passage et du développement des micro-organismes pathogènes sur la peau par la production de molécules de défense 4,5
  • Education de votre système immunitaire à reconnaitre les bonnes bactéries des mauvaises 6,7
  • Limitation de l’inflammation excessive au niveau du derme et de l’épiderme notamment dans les cas d’eczéma ou de peau atopique 8
  • Stimulation de la réparation de l’épiderme 9

Une densité et une diversité en perpétuelle évolution

Le microbiome cutané évolue tout au long de la vie et tend vers un équilibre nécessaire au bon fonctionnement de la barrière cutanée.

Chez le nouveau-né, il est moins diversifié que chez l’adulte et provient principalement de la flore vaginale et cutanée de la mère. D’ailleurs, selon le mode d’accouchement (voie basse ou césarienne), le microbiome cutané du nourrisson sera différent. Ainsi, les bébés, nés par césarienne, ne vont pas bénéficier des bonnes bactéries issues des voies vaginales de la mère10,11. Cette faible diversité ainsi que le caractère sensible de la peau chez le bébé implique un soin particulier. Veiller au respect du microbiome cutané du nourrisson est une étape essentielle dans sa formation et la prévention des pathologies cutanées.

Au fil des années le microbiome cutané évolue, se diversifie, s’équilibre et devient unique à chaque individu selon son origine, sa constitution génétique et son mode de vie. Le stress, les conditions environnementales ainsi que les produits d’hygiène vont également avoir un réel impact sur sa composition12. Il est donc très important de prendre en compte ce paramètre dans le choix de sa crème de soin ou de son gel douche. Ces produits, utilisés quotidiennement, peuvent créer un déséquilibre13.

UN MICROBIOME DÉSÉQUILIBRÉ,

QUELLES CONSÉQUENCES ?

Lorsque le microbiome de la peau est soumis à un stress externe ou interne, son équilibre et sa diversité peuvent s’en trouver modifiés. Dans un microbiome en bonne santé et bien diversifié, il peut se restaurer de lui-même très rapidement.

Par contre, lorsqu’il est déséquilibré, moins diversifié et propice au développement de bactéries pathogènes, des pathologies cutanées peuvent apparaitre. Ce déséquilibre est appelé « dysbiose » et contribue à l’entretien de l’inflammation et à l’altération de la barrière cutanée. La dermatite atopique est un parfait exemple de déséquilibre du microbiome cutané. Cette maladie de peau est la plus fréquente chez les enfants14. Pour limiter ce phénomène, il est important d’adopter les bons gestes pour préserver un microbiome équilibré et sain.

UN MICROBIOME SAIN POUR MOI ET MON ENFANT ? QUE FAIRE ?

La préservation de votre microbiome et de celle de votre bébé est très simple et passe par des gestes très faciles du quotidien :

CHOIX DE VOS PRODUITS D’HYGIÈNE

L’utilisation de produits d’hygiène non appropriés peut provoquer un déséquilibre dans le microbiome cutané13. Le choix de produits, dont la formule a été étudiée afin de ne pas créer de dysbiose au niveau du microbiome cutané, va donc avoir un réel impact sur la santé de votre microbiome.

MODIFICATION DES RITUELS D’HYGIÈNE

La fréquence et la manière de se laver agit sur la composition de notre microbiome. Il faut savoir qu’un simple lavage mécanique à l’eau élimine une bonne partie des micro-organismes qui résident sur notre peau. Des lavages trop fréquents, non nécessaires, vont contribuer à fragiliser le microbiome 15.

Se laver avec une eau trop chaude peut également le perturber en tuant une partie des micro-organismes. En effet, ces petits organismes vivant sur la peau sont habitués aux températures corporelles et donc sensibles à des températures trop hautes12.

En résumé, préserver un microbiome sain est crucial pour la bonne santé de votre peau. Ceci passe par une modification de vos rituels de lavages et surtout par le choix de produits d’hygiène conçus pour respecter votre microbiome et celui de votre bébé.

  1. MacLeod D.T. et al (2009) Skin Microbiology. Encyclopedia of Microbiology (3rd edition) 734 -747.
  2. Christensen G.J. et al (2014) Bacterial skin commensals and their role as host guardians. Benef Microbes 5: 201–215.
  3. Shu, M. et al (2013) Fermentation of Propionibacterium acnes, a commensal bacterium in the human skin microbiome, as skin probiotics against methicillin-resis-tant Staphylococcus aureus. PLoS One 8: e55380.
  4. Poonam et al (2012) Multifaceted attributes of dairy propionibacteria: a review. World Journal of Microbiology and Biotechnology 28: 3081-3095.
  5. Sandiford, S. and Upton, M. (2012) Identification, characterization, and recombinant expression of epidermicin NI01, a novel unmodified bacteriocin produced by Staphylococcus epidermidis that displays potent activity against staphylococci. Antimicrobial Agents and Chemotherapy 56: 1539-1547.
  6. Scharschmidt T.C. et al (2015) A wave of regulatory T cells into neonatal skin mediates tolerance to commensal microbes. Immunity 43:1011–1021.
  7. Lai Y. et al (2010) Activation of TLR2 by a small molecule produced by Staphylococcus epidermidis increases antimicrobial defense against bacterial skin infections. J Invest Dermatol 130: 2211–2221.
  8. Lai Y. et al (2009) Commensal bacteria regulate Toll-like receptor 3-dependent inflammation after skin injury. Nat Med 15: 1377–1382.
  9. Leonel C., et al (2019) Staphylococcus epidermidis role in the skin microenvironment. J Cell Mol Med. 23(9):5949-5955.
  10. Dominguez-Bello M.G. et al (2010) Delivery mode shapes the acquisition and structure of the initial microbiota across multiple body habitats in newborns. Proc Natl Acad Sci U S A. 107(26): 11971–11975.
  11. Capone K.A. et al (2011) Diversity of the Human Skin Microbiome Early in Life. J Invest Dermatol. 131(10): 2026–2032.
  12. Dreno B. et al (2016) Microbiome in healthy skin, update for dermatologists. J Eur Acad Dermatol Venereol. 30(12): 2038–2047.
  13. Holland K.T. and Bojar R.A. (2002) Cosmetics: what is their influence on the skin microflora? Am J Clin Dermatol 3: 445–449.
  14. Seite S. and Bieber T. (2015) Barrier function and microbiotic dysbiosis in atopic dermatitis. Clin Cosmet Investig Dermatol 8: 479–483.
  15. Rocha L.A. et al (2009) Changes in hands microbiota associated with skin damage because of hand hygiene procedures on the health care workers. Am J Infect Control 37: 155–159.
X